FaceBook à son imageYouTube à son image
Savoir Aimer
à la ressemblance de Dieu
NOUVEAUTE 2018
A LIRE ABSOLUMENT !
Savoir Aimer
Je suis encore vivant !
Une invitation à partir à la recherche de la vie inaltérable qui est en nous pour l'éternité ...
Je suis encore vivant !
Maman lâche moi ! ...
Les femmes qui ont trouvé leur vraie liberté sont capables de libérer à leur tour ceux qu’elles retenaient captifs !
Maman lâche moi ! ...
Je t'aimerai quand même !
Pour la consolation des personnes qui sont douloureusement confrontées à leur incapacité à vivre l’idéal du couple et de la famille
Je t'aimerai quand même !
Tu n'as plus à craindre le malheur !
Livre témoignage pour permettre de guérir ou d’édifier ceux et celles qui nous entourent
Tu n'as plus à craindre le malheur !
Parcours Nouvelle Eve
Parcours chrétien en vidéo à vivre "entre femmes"
Parcours Nouvelle Eve
Parcours Nouvelle Vie
Parcours chrétien en vidéo pour hommes et femmes
Parcours Nouvelle Vie
Parcours VIVANT !
De toutes nos situations, faire surgir LA VIE !!!
Parcours VIVANT !
<
>

Je t'aimerai quand même

livre je t'aimerai quand même
livre je t'aimerai quand même

Aimer nous fait souffrir. Cette souffrance nous met en danger de ne plus vouloir aimer et de refuser d’être aimé. Comment trouver le courage de refaire alliance avec quelqu’un que nous avons ou qui nous a maltraité, alors que nous restons blessés et meurtris ? Anne MERLO a écrit ce livre pour consoler les personnes qui sont douloureusement confrontées à leur incapacité à vivre l’idéal du couple et de la famille. Elle veut les aider à ne plus dramatiser ces disputes qui ne servent qu’à mettre en lumière leurs noirceurs, leurs turpitudes et donc leur capacité à faire terriblement souffrir les leurs. Où est passé alors l’amour que nous avions cru fort ? A-t-il seulement existé ? Pourtant nous pouvons découvrir qu’il est toujours là, mais bien caché sous d’autres sentiments qui nous tyrannisent tels que la déception, l’amertume, le doute, l’auto dépréciation et même la haine. Cet amour qui nous était devenu comme inaccessible, nous le trouverons dans la présence de «Celui qui nous aime au delà de l’imaginable, qui connaît chaque pensée mesquine, chaque action égoïste et malgré cela, qui nous accepte et nous aime d’un amour inaltérable » . Laissant tomber l’épée que nous avions levée l’un contre l’autre et saisissant la Croix, nous pourrons alors bouter hors de nos vies le seul véritable ennemi. Dieu nous accordera un réveil de nos sentiments d’amour selon son désir. Ainsi l’homme va retrouver une maîtrise nouvelle sur sa vie, notamment la faculté de faire passer sa partenaire en premier, en étant moins soumis à l’exigence et la tyrannie de pulsions incontrôlées, qui déstructurent dans la plupart des cas la vie sexuelle du couple. La femme, dans sa splendeur retrouvée, découvrira qu’aller jusqu’au bout de sa féminité consiste non seulement à quitter ses allures masculines ou infantiles, mais aussi à reconnaître ses vrais besoins. Oui, nous devons devenir des personnes qui existent vraiment et qui, malgré leurs faiblesses, sont devenues capables de s’aimer quand même.

15 € (frais de port en sus)

A commander aux éditions www.premierepartie.com ou sur www.amazon.fr (cliquer pour un accès direct)

Extrait du livre

...
Comment trouver le courage de refaire alliance avec quelqu’un que nous avons ou qui nous a maltraité, alors que nous restons blessés et meurtris ?
Posons-nous les bonnes questions, comme on l’a vu dans la première partie de ce livre et prenons bien conscience que nous n’avons pas vraiment mis en oeuvre l’alliance du départ. Nous n’en avions pas encore bien compris le mode d’emploi. Mais pour le comprendre n’avions-nous pas besoin de passer d’abord par toute cette expérimentation douloureuse de la déconvenue ? On ne peut vraiment bien traiter une maladie que lorsque le diagnostic a été bien fait. Aussi, lorsque nous en sommes à la constatation que nous ne savons plus trop où est passé l’amour dans notre histoire de couple, avant d’entrer déjà dans une dynamique de séparation, cherchons d’abord un bon remède. Car ce n’est pas parce que l’on ne ressent plus l’amour qu’il a totalement disparu. Et puis que savons-nous vraiment sur l’amour ? Nous pensions en savoir quelque chose, mais cet amour que nous pensions avoir expérimenté était-il l’amour véritable, s’il a pu si aisément se transformer en une sorte d’indifférence quand ce n’est pas carrément de l’aversion ou même de la haine ?
L’alliance que nous avions conclue n’avait pas pour but de nous retrouver ennemis l’un de l’autre et pourtant le constat est là, nous nous conduisons parfois en véritables ennemis. C’est que, répétons-le encore, nous ne nous sommes pas mariés pour être bien ensemble dans la recherche d’un confort personnel, nous devons en tout premier lieu nous débarrasser de cette idée fausse qui est la cause de presque tous nos différents.
L’objectif qui était le nôtre en nous épousant, sans que nous puissions encore bien le comprendre, était de faire alliance pour être plus forts ensemble dans les combats de nos vies. Face à la vie et ses combats, il n’est pas bon d’être seul. Pour chasser hors de nos existences tout ce qui est une entrave à la véritable liberté, il est mieux d’être à deux.
Pour invoquer la puissance libératrice de Dieu, il est bien meilleur d’être unanimes. C’est une guerre menée à deux, mais nous nous sommes trompés d’ennemi ! C’est là le plus grand piège du démon !
Ce menteur a réussi à nous persuader que le danger venait de l’autre. Nous nous retrouvons comme ces combattants dans une tranchée subissant le feu nourri de l’ennemi. Dans l’affolement des coups reçus, mon compagnon me marche sur les pieds, et parfois même me frappe car il croit que c’est moi qui l’ai visé. Ce n’est pas contre lui que je dois faire porter les prochains coups. Il se défend comme il peut, et j’attrape peut-être des coups au passage, mais je dois le soutenir puisqu’il est la cible du mal.
A présent que nous commençons à comprendre qu’il fallait en passer par là pour un vrai nouveau départ, déposons les armes que nous avions levées l’un contre l’autre et saisissons celle qui seule est efficace pour nous délivrer du mal et de la mort : c’est-à-dire la croix du Christ. Quand l’adversaire nous verra nous dresser ensemble en la brandissant, il sera contraint de s’enfuir. Au cours de cette trêve et avant de partir à la recherche de l’amour vrai, caché au fond de nous et qui n’a pas encore vu le jour, il faut panser nos plaies.
Car on s’est souvent mutuellement fait bien mal et certaines de ces blessures sont infectées et distillent un poison mortel. Elles sont d’ailleurs, d’autant plus dangereuses, qu’elles se surajoutent souvent à des blessures d’enfance qui n’avaient pas encore pu être soignées. Nous devons donc le reconnaître : nous souffrons, et nous souffrons beaucoup !
C’est la gestion de ces souffrances qui nous met en difficulté car elles nous poussent à réclamer l’arrêt de la cause des souffrances. Elles sont donc souvent mauvaises conseillères car elles nous suggèrent la nécessité impérieuse de quitter celui ou celle que nous pensons être la source de nos problèmes.
Mais depuis quand la souffrance est-elle un critère de discernement pour démontrer qu’on s’est trompé dans nos choix ? C’est depuis que nous entretenons l’illusion que l’amour dans le couple doit être quelque chose de confortable. Trouver le sens de ce que nous sommes en train de vivre est un premier baume qui peut apaiser nos douleurs. On souffre parce qu’on a décidé d’aimer et que l’amour fait souffrir.
...